Bien qu’en contact avec le cabinet du ministre des Tranports François Bonnardel, l’Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI) ne s’est rien fait proposer pour compenser les hausses fulgurantes du prix du diesel. Et en absence d’une solution, le directeur général Gaétan Légaré annonce, pour le 13 mai, une interruption de service par les membres de l’ANCAI.

Pour ce dernier, les tarifs de transport en vrac du ministère des Transports doivent impérativement être augmentés de 25 à 30 % afin de représenter les coûts réels de 2022 occasionnés par la flambée des prix du carburant.

«C’est leurs propres business, ils mangent plus que 180$ par jour… lorsqu’ils font le plein en carburant. C’est dur pour le moral», constate chez les camionneurs artisans Gaétan Légaré. Même que certains ont quitté le métier.

«C’est tellement des gens de cœur. Ça fait 50 ans que ces camionneurs artisans construisent le Québec en partenariat avec le Ministère des Transports. Là, on se sent complètement abandonné. C’est ça qui fait le plus mal encore», ajoute le directeur général de l’ANCAI en précisant que l’on souhaite une rétroaction des nouveaux tarifs au mois de mars.

Rappelons que les camionneurs, dont la mission principale est de desservir les marchés publics, ont perdu 0,60 $ par litre de carburant depuis le mars 2022 en raison d’un Recueil de tarifs du Ministère qui est qualifié «d’irréaliste et désuet».

On peut écouter l’entrevue de Gaétan Légaré ici: