Le 23 octobre, la subvention salariale et l’aide au loyer aux PME prendront fin. Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), les incertitudes entourant le maintien des restrictions de capacités d’accueil, la pénurie de main-d’œuvre et la 4vague de COVID-19 demandent une prolongation et un élargissement de ces programmes d’aide du gouvernement fédéral. L’organisme lance justement une pétition à ce sujet.

«De nombreuses PME sont toujours confrontées à des revenus plus bas que d’habitude en raison de la pandémie ainsi qu’aux impacts négatifs dus au maintien des restrictions des capacités d’accueil. Les PME ne s’attendent pas à ce que le gouvernement les aide éternellement, mais doivent être soutenues jusqu’à la levée de toutes les restrictions et la relance complète de leurs activités», déclare Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI en rappelant que seulement 40 % des PME ont retrouvé un niveau de ventes normal et que moins de la moitié ont tous leurs employés.

Pour continuer de soutenir les PME, la FCEI demande au gouvernement fédéral de prendre les mesures suivantes :

  • Annoncer immédiatement la prolongation de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et de la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) jusqu’au 20 novembre.
  • Travailler avec les députés de tous les partis pour prolonger le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada (PEREC), la SSUC et la SUCL jusqu’au 31 mars 2022.
  • Rétablir le taux maximum de la subvention salariale et de l’aide au loyer à 75 % afin d’aider tous les secteurs de l’économie, comme votre parti a promis de le faire pour le secteur du tourisme pendant la campagne électorale.
  • Inclure les nouvelles entreprises lancées après le début de la pandémie dans tous les programmes d’aide.
  • Offrir des prêts additionnels via le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) et reporter l’échéance de remboursement à la fin de 2024.
  • Modifier la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) pour inciter les prestataires à retourner sur le marché du travail au lieu de rester chez eux.
  • S’assurer que les PME qui doivent instaurer le passeport vaccinal reçoivent le milliard de dollars promis aux provinces afin de financer les coûts associés à sa mise en œuvre.