Comme partout au Québec, des camionneurs en vrac étaient ce matin à Nicolet pour dénoncer les tarifs de transport du Recueil du Ministère des Transports. Pour l’Association nationale des camionneurs artisans, les tarifs sont basés sur un prix du carburant que l’on qualifie de «dépassé et complètement déconnecté de la réalité».

«Comme camionneur en vrac, je reçois 1,17$ du litre tandis que le prix du diesel est de 2,46$. Ça n’a pas d’allure. On a 10% de fuel en surcharge tandis que les compagnies de transport, elles demandent 70%», dénonce un camionneur présent à Nicolet.

«Ces camionneurs, dont la mission principale est de desservir les marchés publics, n’en peuvent plus de subventionner le ministère des Transports. Déjà aux prises avec un Recueil de tarifs du Ministère qui est irréaliste et désuet, les membres de l’ANCAI ont perdu 0,60 $ par litre de carburant au cours du mois de mars 2022. Chaque heure travaillée est présentement déficitaire, ce qui place ces petites entreprises dans une position financière précaire», indiquait un communiqué de presse de l’association qui demandait la semaine dernière que «les tarifs de transport en vrac du ministère des Transports soient augmentés de manière à représenter les coûts réels de 2022, et ce, de toute urgence».