L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ouvre deux enquêtes afin de déterminer si les châssis porte-conteneur en provenance de la Chine sont vendus à des prix inéquitables au Canada. On vise également à déterminer si ces marchandises ont fait l’objet de subventionnement.

Les enquêtes découlent d’une plainte déposée par Max-Atlas Equipment International. Les compagnies ontariennes Di-Mon Sales et Innovative Trailer Designs ont manifesté leur appui à l’entreprise située à Saint-Jean-sur-Richelieu.

«La partie plaignante allègue qu’en raison d’une augmentation du volume des importations sous-évaluées et subventionnées de la Chine, elle a subi un préjudice important qui donne lieu à la perte de part du marché et de ventes, au gâchage et à la compression des prix, au déclin financier et à la réduction de l’utilisation de la capacité», indique-t-on en rappelant que le marché canadien de châssis porte-conteneur est estimé à 75 millions de dollars par année.