La conjoncture économique actuelle, marquée par un ralentissement économique et une réduction subséquente des commandes, contraint Manac, fabricant renommé de semi-remorques, à procéder au licenciement de 45 de ses employés au sein de l’usine de Saint-Georges.

Charles Dutil, président et directeur général de Manac, impute ces licenciements aux défis économiques prévalant. Il souligne que l’augmentation des taux d’intérêt a pour conséquence une diminution des revenus disponibles tant pour les ménages que pour les entreprises. Cette situation entraîne une baisse de la consommation des biens, affectant par ricochet les besoins en services de camionnage pour les entreprises impliquées dans la production et la distribution de ces produits. Cette tendance se répercute inévitablement sur les ventes de semi-remorques.

Lors d’une entrevue accordée à Radio-Canada, M. Dutil a partagé ses observations : “Comme je l’ai mentionné à nos employés, lorsque les banques centrales collaborent pour ralentir l’économie, les effets finissent par se manifester.”

Il est important de noter que Manac évolue dans un secteur connu pour sa nature cyclique, et le ralentissement actuel de la demande est un phénomène récurrent dans cette industrie.

Malgré ces défis, Charles Dutil assure que Manac continue de se consacrer à ses divers projets en cours et reste focalisé sur la croissance et le développement de ses activités. Actuellement, Manac emploie 1480 personnes, avec environ 960 collaborateurs localisés à son usine principale de Saint-Georges, qui héberge également le siège social de l’entreprise.

Le secteur du camionnage et de la logistique au Québec, ainsi qu’à l’échelle internationale, a subi des répercussions significatives dues au ralentissement économique. Plusieurs entreprises de camionnage et de logistique ont dû faire face à des faillites et des licenciements en raison de cette situation.

Par exemple, des entreprises telles que Yellow Corp. et Convoy, reconnues dans l’industrie, ont été contraintes de licencier des employés ou de cesser leurs opérations. Des entreprises plus petites, bien que moins connues, ont également subi des fermetures et des faillites. Des cas spécifiques incluent la liquidation judiciaire de Twin Express, une entreprise de camionnage du Minnesota, la fermeture de SEL Supply Chain Solutions à Fort Worth, et l’arrêt des opérations de Convoy, une entreprise de courtage de fret numérique. D’autres entreprises comme Certified Freight Logistics et Meadow Lark Transport ont également dû cesser leurs opérations, affectant un grand nombre d’employés.

Dans un contexte de redimensionnement stratégique face à un environnement économique fluctuant, UPS a pris la décision de réduire sa main-d’œuvre mondiale en 2024, envisageant de licencier approximativement 12 000 employés. Cette mesure intervient dans le sillage d’une baisse notable de revenus, avec une perte dépassant les 9 milliards de dollars en 2023 par rapport à l’année antérieure. Ces licenciements devraient se dérouler progressivement, avec la majorité, soit 75 %, prévue pour la première moitié de 2024.

En outre, des entreprises de logistique numérique comme Uber Freight et Flexe ont également dû procéder à des réductions de personnel. La situation est devenue plus difficile pour ces entreprises en raison de la baisse de la demande et de l’augmentation des coûts d’exploitation.

Ces exemples illustrent les défis auxquels le secteur du camionnage est confronté, non seulement au Québec mais aussi à l’échelle mondiale, en raison des conditions économiques actuelles. La situation a entraîné une restructuration dans plusieurs entreprises et une réduction des effectifs dans le but de s’adapter à la nouvelle réalité économique​​​​​​.

Malgré les défis actuels, il est important de garder à l’esprit que l’industrie du camionnage et de la logistique a toujours su faire preuve de résilience face aux périodes difficiles. L’histoire montre que ces secteurs sont capables de s’adapter et de se réinventer en réponse aux changements économiques et technologiques. Alors que l’économie mondiale cherche son chemin vers la reprise, il est probable que le secteur du camionnage et de la logistique trouvera de nouvelles opportunités pour innover et prospérer. Les cycles économiques sont, par nature, alternés de hauts et de bas, et cette période difficile pourrait bien être suivie d’un renouveau et d’une croissance. Les acteurs de l’industrie, armés de leur expérience et de leur capacité d’adaptation, peuvent donc rester optimistes quant à l’avenir, attendant avec espoir le retour des jours meilleurs.

Écoutez l’économiste Louis Lévesque nous parler d’économie sur Truck Stop Québec :