Le camionneur Jaskirat Sidhu aurait commis 70 infractions aux réglementations fédérales et provinciales en transport routier au cours des 11 jours précédents la tragédie du 6 avril, selon un document judiciaire rendu public hier à l’audience.

Le rapport indique que si Sidhu avait été arrêté et inspecté le 6 avril 2018 avant l’incident, il aurait été mis hors service pendant 72 heures, et il n’aurait pas été sur la route pour commettre cette tragédie.

Plusieurs dizaines d’infractions citées dans le rapport concernent les données qui sont manquantes dans son journal de bord (log book). Il n’y aurait pas de données, entre autres, en ce qui a trait à ses heures de service et de repos, les villes où il aurait fait des changements d’activités, ni sur les défectuosités du camion.

Sidhu aurait signé certaines pages avant même d’avoir commencé à conduire. Les jours tels que les 30 et 31 mars sont complètement manquants.

Les inspecteurs du rapport indiquent que la fiche journalière du 6 avril suscite de vives inquiétudes. Sidhu aurait fait une cueillette à Carrot River en Saskatchewan, en partance de Saskatoon. Puis, il aurait parcouru 50 km de plus avant l’accident. Toutefois, la distance totale au compteur du camion était plus élevée.

Sidhu aurait également pris, selon sa fiche journalière, cinq heures de repos au milieu de sa journée de travail le 6 avril, soit deux heures avant la tragédie. Les inspecteurs ont déclaré que ce n’était pas une pratique courante dans le camionnage. Ils souhaitent faire une enquête plus approfondie des faits pour rétablir l’ordre chronologique de la journée de Sidhu.

Le journal de bord du conducteur de l’autobus des Broncos a aussi été épluché et les inspecteurs ont déclaré que les dossiers étaient à jour et qu’aucune infraction n’avait été constaté.

L’audience de détermination de la peine de Sidhu se déroulera jusqu’à vendredi.

L’employeur de Sidhu, le propriétaire et directeur de Adesh Deol Trucking LTD de Calgary Sukhmander Singh, devra faire face à huit chefs d’accusation de non-respect de plusieurs réglementations en matière de sécurité et de tenue des journaux de bord.

Sophie Jacob, rédactrice en chef