En 2020, nous pourrions croire que les femmes, bien qu’elles ne soient pas encore nombreuses, ont autant d’opportunité d’emploi que les hommes dans le camionnage. Elles ont fait leur chemin et prennent le volant dans différents types de transport sans nous surprendre autant qu’il y a 30 ans! Elles sont plus que capables et de manière générale, les gestionnaires le reconnaissent bien.

Il y a toutefois des transporteurs qui refusent de s’ouvrir à l’embauche des femmes au volant des poids lourds, et c’est le cas d’une compagnie basée à Olive Branch dans le Mississippi. La Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi (EEOC) s’est penchée sur le dossier et a décidé d’intenter le 13 octobre dernier une action contre la société USF Holland.

Selon l’EEOC, USF Holland n’a employé « pratiquement aucune femme comme chauffeur de camion » sur le site de Olive Branch depuis l’ouverture du terminal en 1986! Sur plus de 100 chauffeurs de camion, on n’y retrouve aucune femme.

« Des femmes qualifiées possédant une vaste expérience de conduite de camions ont postulé au fil des ans, mais même lorsque les qualifications des femmes étaient égales ou supérieures à celles des candidats masculins, USF Holland a embauché des hommes au lieu de ces femmes », affirme l’EEOC.

La poursuite demande une réparation pécuniaire sous forme d’arriérés de salaire et de dommages-intérêts compensatoires, ainsi qu’une injonction contre une discrimination future.

« Il est important que les employeurs comprennent que les hypothèses sur les rôles de genre n’ont pas leur place dans les décisions d’emploi », a déclaré Delner Franklin-Thomas, directeur du district de Memphis District Office de l’EEOC. « Il est illégal de refuser aux femmes l’égalité des chances en matière d’emploi sur le lieu de travail en raison du sexe.»

Selon l’American Trucking Association (ATA), en 2017, 6,2% de tous les camionneurs américains étaient des femmes. Il s’agit d’une légère augmentation par rapport à 2008, alors qu’ils représentaient 4,9% de la main-d’œuvre des conducteurs de camions.

Au Québec, l’industrie comptait 4 % de femmes en 2018 ; elle veut atteindre 10 % en 2021.

Selon vous, les femmes ont-elles autant d’opportunité d’emploi que les hommes dans le transport au Québec? Donnez-nous votre opinion : [email protected]