Les audiences de détermination de la peine de Jaskirat Sindhu ont débuté aujourd’hui au gymnase du centre Kerry-Vickar de Melfort en Saskatchewan, aménagé par la Cour provincial pour permettre à un plus grand nombre de personnes d’y assister.

« C’est certainement une partie importante du processus de guérison pour les personnes touchées que de raconter leur histoire et d’exprimer l’impact que cette horrible tragédie à sur eux », a déclaré Kevin Garinger, ancien président et porte-parole des Broncos.

Ce sont 75 déclarations de victimes qui ont été présenté à la cour et au moins une soixantaine d’entre elles pourraient être entendues pendant la semaine.

Le père de Logan Boulet, décédé à la suite de la collision après 19 heures de combat, aurait dit à la cour ce matin croire que Sidhu est désolé et qu’il est certain que s’il pouvait retourner dans le passé, il ferait les choses différemment. « Mais maintenant, c’est fait et notre famille est détruite. »

Mark Brayford, l’avocat de Sidhu, a déclaré aux journalistes que le camionneur savait qu’il avait détruit de nombreuses vies et qu’il ne voulait plus causer de dommages. Le survivant, Straschnitzki, a dit que lui et d’autres collègues sont reconnaissants à Sidhu de leur avoir épargné le traumatisme d’un long procès, mais qu’il doit tout de même y avoir des conséquences.

Plus tôt ce mois-ci, le camionneur Jaskirat Sidhu a plaidé coupable à 16 chefs d’accusation de conduite dangereuse ayant causé la mort et 13 chefs de conduite dangereuse ayant causé des lésions corporelles.

La tragédie avait eu lieu en Saskatchewan le 6 avril 2018, alors que l’autobus des Broncos de Humboldt percutait de plein fouet le camion de Sidhu, qui ne s’était pas immobilisé devant un panneau d’arrêt à l’intersection de la 335 et de la 35. Les avocats de la couronne et de la défense ont déclaré qu’il était le seul responsable de l’accident.

Le rapport de collision indique que Sidhu n’aurait pas appliqué les freins avant que l’autobus des Broncos le frappe juste devant les roues de sa remorque. Selon l’exposé conjoint des faits lu au tribunal, Sidhu a raté au moins quatre panneaux routiers menant au panneau d’arrêt à l’intersection, qui fait 1,5 mètres de large et qui est accompagné d’un feu clignotant.

La vision qu’avait Sidhu au moment de l’impact n’était pas entravée par aucun facteur environnemental, comme des arbres ou les rayons du soleil. Jaskirat Sidhu n’était pas sous l’effet de l’alcool ni de la drogue, et il n’utilisait pas son cellulaire au moment de l’impact.

L’audience devrait se terminer dans 5 jours. Selon Sarah Burningham, professeure de droit à l’Université de la Saskatchewan, la détermination de la peine devrait se fonder strictement sur les faits, malgré l’attention portée à cette affaire. La peine maximale pour conduite dangereuse causant la mort est de 14 ans de prison.

Sophie Jacob, rédactrice en chef