Alors que la pandémie de coronavirus se poursuit et que la date de début de l’accord États-Unis-Mexique-Canada (ACEUM) approche le 1er juillet, des experts en logistique ont réfléchi à la manière d’élaborer des stratégies pour l’avenir, lors d’un récent webinaire.

Le webinaire “Les impacts de COVID-19 sur les mouvements transfrontaliers aux États-Unis, au Mexique et au Canada” a été présenté jeudi par la Transportation Intermediaries Association.

Jessie Essman, directrice des opérations de Forager, basée à Chicago, a déclaré que l’emplacement du Mexique à côté des États-Unis le rend attrayant en tant que partenaire commercial en pleine croissance.

« Depuis quelque temps, les chaînes d’approvisionnement réévaluent le concept de quasi-délocalisation par rapport aux entreprises localisées à l’étranger. Les salaires augmentent en Chine, et nous avons vu que la délocalisation peut vraiment conduire à une rigidité de la chaîne d’approvisionnement », a déclaré Essman.

Contrairement à la Chine, il n’y a pas non plus de tarifs actuels entravant le commerce américano-mexicain, a déclaré Essman.

Carlos Sesma, un avocat spécialisé dans les transports et la logistique au sein du cabinet d’avocats Sesma and McNeese de Mexico, a déclaré de son côté que l’économie du Mexique, du Canada et des États-Unis finiraient par rebondir.

« Malheureusement, certaines entreprises incapables de s’adapter vont se plier, et elles vont échouer », a déclaré Sesma. « Ces entreprises nous présenteront certains défis lorsque nous traiterons avec des clients, ainsi que des opportunités à saisir quand elles donneront leur place. »