Selon un article publié aujourd’hui par Teamsters Canada, le syndicat canadien dénonce une étude sur la réalité des routiers.

Cette déclaration fait suite à une entrevue radio donnée par le président de l’association du Camionnage du Québec, Monsieur Marc Cadieux, sur les ondes du 98,5 FM à l’émission de Patrick Lagacé. L’entrevue portait sur un article média à l’égard de l’immigration et de la réforme du gouvernement et au cour de laquelle Monsieur Cadieux a notamment cité quelques éléments dans l’enquête sur la rémunération réalisée quelques mois plus tôt par Camo-Route.

Dans l’article, ils dénoncent la méthodologie utilisée pour calculer le salaire des routiers (per diem qui ne se calculerait pas dans le salaire) pour dénoncer le salaire total d’un routier.

Il faut rappeler qu’en mai 2019, Camo-Route tenait une AGA et que les membres des Teamsters y étaient présents (les Teamsters font partis du conseil d’administration de Camo-Route). Cette étude était connue de chaque membre y compris les Teamsters. Pourtant, aucune demande de rectification et aucune demande de refus de cette étude, si ce n’est que d’ajouter une note au lecteur, afin de préciser que le per diem ne soit pas inclu dans le calcul de la rémunération globale. (Tous étaient les bienvenus de dire leur mots.) Rien de cela n’a été fait et l’étude a même été acceptée à l’unanimité!

Le 1ER SEPTEMBRE dernier, Transport Routier publiait l’étude dans son magasine… Aucune opposition n’y a été faite de la part des Teamsters.

Pourquoi, lors des rencontres du C.A de Camo-Route au sein desquelles sièegent les Teamsters, Camo-Route, l’ACQ que Messieurs Benoit Levesque syndic et agent syndical et Léo Laliberté VP et agent syndical de Teamsters Canada, ne s’y soient jamais opposés? Jamais questionnés? Et que maintenant, ils rejettent LA DITE étude approuvée par LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DONT ILS SONT ADMINISTRATEURS eux-mêmes?

Messieurs des Teamsters, pourriez-vous nous éclairer sur ce changement de cap radical? Est-ce que l’étude était bonne ou pas? Est-ce que Messieurs Levesque et Laliberté étaient présents ou non aux rencontres? Étaient-ils à la hauteur de la situation, puisqu’aujourd’hui plus rien ne tient? Est-ce que la marmite bouille du coté syndicale? La pression vient elle de vos membres? Pourquoi un tel revirement aujourd’hui et non en mai dernier?