5 août 2019 | Ces dernières années, une augmentation du coût des assurances au Québec a donné du fil à retordre aux petits transporteurs et aux voituriers de la province. Une tendance qui ne se limite pas seulement au Québec…

Aux États-Unis, bon nombre de petits propriétaires exploitants craignent le pire en raison d’une législation qui augmenterait la couverture minimale d’assurance responsabilité requise pour le transport transétatique de 750,000$ à près de 5 millions de dollars.

Selon l’Association des conducteurs indépendants et propriétaires exploitants des États-Unis, cette mesure obligerait de nombreux propriétaires exploitants à quitter le secteur parce que les primes deviendraient inabordables. Une législation qui, du point de vue du président Todd Spencer, diminuerait la sécurité routière en forçant les conducteurs les plus sûrs et expérimentés de l’industrie à quitter le métier.

Selon les partisans du projet de loi, cette mesure augmenterait la sécurité routière en éliminant les conducteurs et les équipements qui sont dangereux. Mais, l’association ne voit aucune corrélation entre la couverture d’assurance et la sécurité routière. D’ailleurs, elle affirme que la plupart de ses membres sont assurés pour au moins 250,000$ de plus que le seuil minimal requis par le gouvernement fédéral.

Les coûts d’assurance représentent déjà un lourd fardeau pour plusieurs transporteurs américains. Ce sont 41 routiers qui ont perdu leurs emplois en juin dernier lorsqu’une petite entreprise du nom de ALA dans l’Indiana s’est vue forcée de fermer ses portes. Elle aurait déclaré que le coût des assurances serait en cause.

Le politicien et avocat Matt Cartwright, qui représente le district de la Pennsylvanie, croit que ce n’est pas aux victimes, aux familles, aux hôpitaux et à la sécurité sociale de supporter les coûts découlant d’accidents et de conduites irresponsables. Selon lui, les camions deviennent plus gros, les autoroutes plus encombrées et il est temps que l’assurance responsabilité s’ajuste. Elle n’aurait pas changé depuis près de quatre décennies.

Spencer tient à rappeler que Cartwright a d’autres motivations à parrainer la législation, puisqu’il aurait fait une petite fortune en poursuivant des entreprises de transport avant d’être élu au congrès.

« En augmentant le minimum fédéral de la couverture d’assurance à 4,9 millions de dollars, les assureurs vérifieront probablement davantage le dossier de sécurité des entreprises de camionnage, car ils ne voudront pas risquer de payer ce montant », a affirmé Harry Adler, directeur exécutif de la Truck Safety Coalition, à John Gallagher de FreightWaves. « Le fait est que certaines entreprises de camionnage sont peu sûres et que personne ne veut que ces mauvais acteurs ternissent le reste de l’industrie. »