M. Jack Lund (Photo : US Postal Service)

Pouvez-vous vous imaginer occuper le même emploi pendant 70 années? C’est ce qu’a accompli M. Jack Lund, transporteur de courrier dans le Utah. Il vient tout juste de prendre sa retraite, quelques jours après la célébration de ses 91 ans!

Lorsque M. Lund a débuté sa carrière dans le transport, c’est Harry S. Truman qui était le président des États-Unis, à la suite du décès de Roosevelt. L’Utah était devenu un état depuis moins d’un demi-siècle! M. Lund avait alors 21 ans, et il était engagé à faire la livraison du courrier postal depuis des stations ferroviaires.

« J’ai transporté le premier chargement de courrier à Richfield, Utah, depuis Salt Lake City par camion » a-t-il déclaré au New York Times, faisant mention de la petite ville où il réside.
« Qui d’autre est ici depuis 70 ans? » a déclaré Wes Kirschner, maître de poste à Richfield. « Il est juste un travailleur acharné de la vieille école. Toujours à l’heure, juste ici pour faire son travail, pas d’excuses. »

M. Lund dirige sa propre entreprise de camionnage et il a travaillé en tant qu’entrepreneur et sous-traitant pour le service postal. Il passait ses journées sur les routes ou supervisait les chauffeurs qui travaillaient pour lui.

Même si M. Lund n’avait pas beaucoup d’interactions avec le public en raison de ses fonctions, il était très apprécié des gens qui travaillaient avec lui. Sa fiabilité et son positivisme ont été souligné à l’occasion de la soirée organisée pour célébrer sa grande carrière.

Même s’il ne livrait pas le courrier de porte à porte, M. Lund essayait toujours d’appliquer la même devise officieuse que le service postal : « Ni la neige, ni la pluie, ni la chaleur, ni la noirceur de la nuit n’empêcheront la distribution du courrier ».

Il prétend avoir déjà rouler dans quatre pieds de neige pour livrer le courrier à bon port!

« Un contrôleur m’a intercepté, parce que la route était fermée. Je lui ai dit : ‘Ceci est un camion de la poste des États-Unis. Vous ne pouvez pas l’arrêter légalement s’il y a la moindre possibilité que je puisse me rendre à destination!’ » a-t-il raconté. « J’ai bien bluffé je suppose, parce qu’il m’a laissé partir! »
« Vous pensez à l’attitude d’une personne quand elle vient au travail – nous avons tous des hauts et des bas – c’était ahurissant pour moi qu’il soit toujours de bonne humeur », a déclaré M. Curtis Marsh, ancien maître de poste.

Toutes nos félicitations à M. Jack Lund pour sa belle et longue carrière!

Rédaction et traduction : Sophie Jacob

Source : New York Times